Betsy Jolas

compositrice

Biographie

Betsy Jolas est née à Paris en 1926, de parents d’origine américaine et lorraine. Sa mère, la traductrice Maria Jolas, avait fait de sérieuses études de chant. Son père, le poète et journaliste Eugène Jolas, fut le fondateur et éditeur de la revue transition dans laquelle figurent en dix années les plus grands noms de la littérature, de la peinture et de la musique de l’entre-deux-guerres, notamment et surtout, James Joyce, dont Finnegans Wake parut intégralement dans cette revue en feuilleton, sous le titre « work in progress »

Betsy Jolas s’établit aux États-Unis avec sa famille en 1940. Là-bas, elle étudie l’harmonie et le contrepoint avec Paul Boepple, l’orgue avec Carl Weinrich et le piano avec Hélène Schnabel. Elle obtient le diplôme du Bennington College tout en poursuivant des activités de pianiste, choriste et organiste pour les concerts des Dessoff Choirs.

Elle revient à Paris en 1946 pour compléter ses études avec Darius Milhaud, Simone Plé-Caussade et Olivier Messiaen au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. De 1971 à 1974, elle remplace ce dernier, avant d’être nommée à sa propre classes d’analyse en 1975 et de composition en 1978.

Elle enseigne également dans les universités américaines de Yale, Harvard, Berkeley, USC, San Diego, ainsi qu’à la chaire Darius Milhaud du Mills College.

Tout en côtoyant l’univers effervescent de l’avant-garde de la génération d’après guerre – certaines de ses œuvres sont créées au Domaine musical –, Betsy Jolas reste une figure indépendante. Dans une époque où, comme elle l’affirme elle-même (Preuves, n°178, décembre 1965), « il fallait voter sériel ou s’abstenir », elle résiste à l’emprise du sérialisme « pur et dur » qui touche toute une génération de compositeurs. Betsy Jolas refuse la rupture et, dans son enseignement comme dans son œuvre, défend une conception de l’histoire comme évolution stylistique continue. Aussi les appuis issus de la tradition fondent constamment chez elle l’acte d’invention.

JOLAS Betsy - grands entretiens ina

 

hear and now composers room

 

Distinctions

Prix de la Fondation Copley de Chicago, 1954

Prix de l’ORTF, 1961

Prix de l’American Academy of Arts and letters, 1973

Grand prix national de la musique, 1974

Grand prix de la ville de Paris, 1981

Grand prix de la Sacem, 1982

Commandeur des Arts et des Lettres, 1985

Prix international Maurice Ravel et « personnalité de l’année » pour la France, 1992

Prix Sacem de la meilleure création de l’année pour Frauenleben, 1994

Membre de l’American Academy of Arts and letters 1983

Membre de l’American Academy of Arts and sciences, 1995

Officier de la Légion d’honneur, 2011

Site web

Prochains concerts

  • 11/05/2017, MALMÖ Konserthus

    Histoires Vraies (2015) Double concerto – Håkan Hardenberger trumpet, Roger Muraro piano, Malmö SymfoniOrkester, dir Martyn Brabbins

Derniers concerts

  • 08/04/2017, EVIAN Grange au Lac

    Well Met Suite (2016) – Orchestre des Pays de Savoie, dir Nicolas Chalvin

  • 10/11/2016, LONDRES Royal Festival Hall

    Lassus Ricercare (1970, creation UK) – Philharmonia Orchestra, dir A-M Helsing

  • 07/10/2016, VENISE Biennale

    Wanderlied (2003, création Italie) – Ensemble RAI Geometrie Variabili, dir Francesco Pomarico

  • 16/06/2016, BERLIN Philharmonie

    A little summer suite (création) Orchestre Philharmonique de Berlin, dir Sir Simon Rattle (3 représentations)

  • 04/06/2016, BERLIN Philharmonie

    Ruht wohl & Episode 6ème – Máté Szűcs alto, Simon Rattle piano

Vidéos

  • video thumbnail

Documents